1918-2018

Quatre coups de coeur

Mots-clés :Romans, BD et mangas, Adultes

En ces temps de commémoration, deux romans, une bande dessinée et un clip nous plongent dans l’enfer de la guerre et nous interrogent sur la folie des hommes et la notion d’humanité.

1918-2018

Emilie, un roman de Aïssa Lacheb paru aux éditions Au diable Vauvert.

Nous sommes en mai-juin 1917 en Champagne. Dans le petit village de Nauroy, situé au pied du Mont Cornillet et occupé par les allemands (la ligne de front est proche), Emilie, 9 ans, assiste à la mort de sa famille terrassée par les bombardements.
Devenue mutique, Emilie est prise en charge par les soldats allemands,  les « deutsch-boches ». Elle erre de part et d’autre des tranchées sur cette terre dévastée, à la recherche d’un brin d’herbe ou d’une feuille à déposer sur la tombe des soldats morts.
Aïssa Lacheb dans un texte, court, dense et plein d’émotions, nous  raconte « une histoire qu’on lui aurait lui-même rapporté : celle d’une petite fille courageuse qui mettait une touche de beauté dans un monde d’horreur. »

Voir la disponibilité du document


A l'instar d'autres villages détruits pendant la Première Guerre Mondiale, Nauroy ne fut jamais reconstruit. Dans un clip éclairant, "Les Mirabelles" (album Géopoétique sorti en 2017), McSolar rend un hommage vibrant à tous ces villages disparus.

 

 

Frère d’âme , un roman de David Diop édité au Seuil.

Deux amis, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, tirailleurs sénégalais, affrontent ensemble  l’enfer de la Grande Guerre. Lorsque Mademba tombe au front sous les yeux de son « frère d’âme », la raison d’Alfa vacille.  « Ce n'est qu'à ta mort, au crépuscule, que j'ai su, j'ai compris que je n'écouterai plus la voie du devoir, la voix qui ordonne, la voix qui impose la voie. »
« Dans le monde d'avant , je n'aurais pas osé , mais dans le monde d'aujourd'hui , par la vérité de Dieu , je me suis permis l'impensable .…".
Un texte d’une densité rare, un phrasé incantatoire qui rythme la folie, un récit puissant pour dire tout autant l’horreur de la guerre que la puissance d’une amitié vraie.

Prix Goncourt des Lycéens 2018.

voir la disponibilité du document

Les oubliés de Prémontré, une bande dessinée de Stéphane Piatzszek et Jean-Denis Pendanx parue chez Futuropolis.

L’asile de Prémontré est situé près de Soissons  dans une zone proche du front qui est sous occupation allemande. En septembre de l’année 1914, un dilemme secoue les médecins, les gestionnaires et les religieuses de l’établissement. Faut-il évacuer devant l’arrivée des ennemis ? Seuls quelques gardiens et religieuses décident de rester et de s’occuper des résidents. La vie s’organise difficile et compliquée. Les vivres et le charbon viennent à manquer, le froid arrive, c’est l’hécatombe parmi les malades et pourtant, il faut organiser le désordre...
Les auteurs réunissent leurs talents,  dessins expressifs et émouvants, découpage des plans  judicieux, pour nous conter une histoire vraie, poignante où la folie tout court s’oppose à celle des hommes.

voir la disponibilité du document