D'Acier et Marina Bellezza

Silvia Avallone, Liana Levi

Mots-clés :Romans, Adultes

1 romancière à découvrir, 2 romans à dévorer

D'Acier et Marina Bellezza

Pour qui rêve de l'Italie, de la beauté de ses villes et du charme de son art de vivre, ces romans nous donnent à voir un pays bien différent, celui de la crise et des perspectives bouchées pour une majorité de jeunes sans avenir.
A ce thème de l'incertitude de l'avenir s'ajoute celui du difficile passage à l'âge adulte.
La jeune romancière italienne, véritable phénomène littéraire transalpin, dénonce le règne de la sous-culture et des scandales à l'œuvre dans son pays.

Son premier livre, D’Acier, paru en 2010, se situe à Piombino, petite ville industrielle de la côte toscane. Il décrit une jeunesse pauvre et paumée : les hommes n'échappent pas aux aciéries, pourtant mal en point, qui font vivre la ville. Les filles rêvent d’être les plus belles pour passer à la télévision. Roman d'apprentissage de deux amies pour la vie, D'acier décrit le vide moral d'un pays désemparé et pose un regard sans concession sur une Italie ayant fait du consumérisme et des reality-show la culture dominante.

Avec Marina Bellezza, 2014, Silvia Avallone donne une sorte de suite à D’Acier, comme un cycle de romans sur les provinces italiennes en plein changement. Ici, on quitte la Toscane industrielle de Piombino pour plonger dans le Piémont rural de Biella. La noirceur de l'industrie lourde est remplacée par l'espoir de la terre. Un retour aux fondamentaux, un nouveau modèle économique qui en Italie séduit de plus en plus de jeunes.

Vous voulez emprunter d'Acier

Voir la disponibilité du document

Vous voulez emprunter Marina Bellezza

Voir la disponibilité du document