Eastern boys

de Robin Campillo, 2013

Mots-clés :Comédie dramatique / drame, Cinéma

Un thriller dérangeant au goût amer

Eastern boys

Ce sont des garçons venus de l'Est : des Polonais, des Russes, des Roumains... Les plus âgés ont peut-être 25 ans. Les plus jeunes, on ne sait pas. Ils traînent autour d’une gare parisienne. On peut penser qu'ils se prostituent. Daniel, un homme discret, la cinquantaine, a repéré l'un d'entre eux, Marek. Alors, un jour, il se lance et va lui parler. Le jeune homme accepte qu'ils se revoient le lendemain. Chez Daniel. Et le lendemain lorsqu'on sonne à sa porte, Daniel n'a aucune idée du piège dans lequel il s'apprête à tomber.


Réalisateur des Revenants,  il y a près de dix ans (film qui a plus tard donné naissance à la série télévisée du même nom), Robin Campillo signe avec Eastern Boys un second long métrage aussi ambitieux que réussi.
L'originalité et la formidable efficacité du récit sont les deux éléments qui frappent dans ce thriller qui distille sa tension anxiogène par petites touches.
Loin de l'angélisme dont ont pu témoigner certains films, sur le même sujet, la démarche du réalisateur, questionne le sens de la responsabilité, de la paternité, de la solitude et des liens qui se tissent entre les êtres.

Excitant et tout aussi dérangeant, ce film nous laisse un goût amer.

Vous voulez l'emprunter...

Voir la disponibilité du document