The Ballad of John Henry

Un album de Joe Bonamassa, J&R Aventures 2009

Mots-clés :Jazz et blues, Musique

Une référence du blues-rock américain

The Ballad of John Henry

John Henry est un personnage de légende américaine ; grand, fort, « pousseur d’acier », armé de sa masse, il aligne  les rails de chemin de fer sur des kilomètres toujours plus loin vers l’ouest. Un jour la compagnie achète une machine à vapeur pour le remplacer. John relève le défi et meurt vaincu à la tâche.  Symbole de la classe ouvrière aux prises avec la mécanisation, ce mythe a été chanté  par Leadbelly, Johnny Cash, ou Bruce Springsteen.

Il fallait au moins deux batteurs et un bassiste « foudroyant »  pour scander cette « Hammer song » (chant de travail). Sur une rythmique aux pieds ancrés dans la glaise, Joe Bonamassa peut exprimer toute sa virtuosité guitaristique. Son jeu  est très lyrique et précis. Il manie aussi bien les riffs furieux que les distorsions. Son power trio a évolué vers une formation plus étoffée avec clavier, mais il est toujours au centre de la scène.

Né en 77,  ce jeune prodige américain de la guitare électrique a fait la première partie de BB King à 11 ans, puis celle d’Eric Clapton et Robert Cray… Il a rempli le Royal Albert Hall en 2009. Depuis, il a été endorsé par des références dans le domaine : Marshall et Gibson. Il côtoie les plus grands lors de ses tournées, ainsi au festival de Montreux il partageait le plateau avec Buddy Guy ou en 2010 avec ZZ Top.

The Ballad of John Henry est l’album qui a révélé Joe Bonamassa au public international, suivons ses recommandations : « This one is best played loud ! » alors montez le son...

Vous voulez l'emprunter...

Voir la disponibilité du document

 

Ajouter un commentaire

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire